Le choix du coach

Le coach au-delà d’être formé aux techniques de son métier, il doit faire preuve d’une expérience professionnelle avérée, et doit fournir un travail de « gestion de soi » régulier. Le respect d’une déontologie éthique est essentielle, mais il doit aussi disposer d’un lieu de supervision où partager ses expériences et lui permettant de prendre du recul.

La durée du coaching

Une mission de coaching s’envisage sur une période fixée par avance. La durée moyenne d’une intervention est d’environ six à dix séances d’une durée de 1 à 2 heures chacune et espacées d’au moins une semaine. Cependant, vu le nombre de paramètres à prendre en considération (la nature de l’objectif, les disponibilités horaires, les motivations et les implications du client), il est difficile de donner des chiffres précis. Toutefois, un accompagnement moyen dure entre 3 et 6 mois, les résultats sont mesurables assez vite.

Le lieu du coaching

Le lieu du coaching doit être précisé. Il se déroulera soit dans l’entreprise ou dans le bureau du coach. Dans le premier cas, il est essentiel de se réunir dans un endroit à l’écart afin de pouvoir travailler en toute sérénité. Les séances dans le bureau du coach ont l’avantage d’être un lieu neutre, à l’écart de toute indiscrétion. Cette situation est souvent préconisée.

L’engagement contractuel

La pratique du coaching à la demande de l’entreprise doit être encadrée par l’établissement d’un contrat tripartite (demandeur/entreprise, bénéficiaire, coach). Celui-ci doit mentionner les objectifs à atteindre, les modalités d’intervention, la fréquence et le lieu des séances ainsi que le cadre du respect de la confidentialité.

Le contrat reste essentiel quelque soit le type de coaching afin de bien préciser l’ensemble des objectifs et modalités

« La vraie découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à changer de regard ».
Marcel Proust